La LFP met la pression sur Boulogne

Après 11 matchs en National et 3 points d'avance sur le second Nîmes, l'Union Sportive Boulogne Côte d'Opale (USBCO) se prend à rêver d'une accession en Ligue 2 que la Ligue de football professionnel (LFP) pointe déjà le bout de son nez. 

L'actuel stade de Boulogne (45 000 habitants), "la Libération" a une capacité de 7500 places (pour 4 000 spectateurs de moyenne)  alors que les textes en exigent au moins 8000, ceci n'étant qu'un point parmi les nombreuses exigences du championnat de Ligue 2.

Deux solutions seraient envisageés : la construction d'un nouvel équipement ou la rénovation de l'existant.
La 1ère solution est soutenue par le président de l'USBCO, M. Wattez, qui souhaiterait la construction d'un nouveau stade en périphérie de la ville, jugeant le projet de réhabilitation trop complexe compte tenu de sa localisation (proximité de Notre Dame, des riverains et richesse archéologique des sous sols du centre ville).

L'autre solution est défendue par M. Cuvillier, Maire de Boulogne, qui juge plus opportun de rénover et d'étendre le stade de la Libération en plusieurs phases.

Ce cas de figure n'est pas sans nous rappeler les exemples de Niort, Lille, Reims ou Libourne. Encore une fois, les collectivités tirent la sonnette d'alarme par rapport aux conditions draconiennes d'accession en L1 ou L2 fixées par la LFP. 

Et dans le cas de Boulogne, qu'il s'agisse d'une rénovation ou d'une construction, il s'agira une nouvelle fois de veiller à une utilisation optimale et juste de l'argent des contribuables.

Une rencontre est prévue mardi 17 septembre avec M. GIRARDOT, président de la commission des stades.