La mission de surveillance des plages par les CRS durant l’été pourrait bien être amenée à disparaître ….

Ce n’est pas la première fois que l’Etat remet en question la présence des CRS-MNS sur les plages du littoral pendant la période estival, cet été encore leur mission de surveillance a été questionnée.

En effet, depuis les années 60 les CRS – MNS veillent sur une partie de notre littoral aux côtés des autres Maîtres-Nageurs Sauveteurs, rattachés aux communes, départements…

Rémunérés par l’Etat, les CRS assurent à la fois une mission de sécurité pour lutter contre les incivilités, les violences sur les plages mais également de secours. « La présence de ces CRS est très utile et rassurante. Elle permet également d’encadrer nos jeunes MNS ».

Les frais annexes en matière d’hébergement, d’alimentation, de frais de déplacements et de matériel sont quant à eux pris en charge par les communes (pouvant atteindre 4 000 euros/CRS-MNS)

Pour les communes qui disposent de leurs services, leurs présences « rassurent » notamment lorsque la population passe du simple au double pendant l’été.

Aujourd’hui, ce sont près de 300 CRS-MNS qui sont déployés sur plus d’une soixantaine de communes. Ils étaient plus de 700 il y a quelques années.

Dans la perspective d’une éventuelle suppression de leur mission de surveillance, les communes devront faire face à leur remplacement via le recrutement de personnel formé titulaire du diplôme  de MNS.

Se poseront alors interrogations si cette proposition venait à être confirmée par le Ministère de l’Intérieur.

Tout d’abord, le manque de MNS avéré ce qui pénalise déjà certains établissements aquatiques. Puis le surcoût engendrait par l’embauche de MNS (masse salariale environ 2 500 euros/MNS).

« Le problème est plus compliqué pour les petites communes du littoral atlantique qui faute de moyens financiers ne peuvent assumer une telle charge financière et humaine ».

Plusieurs communes du littoral, ont fait part de leur réticence à cette réforme et demandent à ce que les CRS-MNS soient maintenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *