Suite des rencontres des groupes parlementaires avec Les Républicains

Dans le cadre des rencontres avec les groupes politiques de l’Assemblée nationale, après l’entretien avec le MoDem, c’est avec le groupe Les Républicains représentés par le Président M. Jacob accompagné de Mme Bonnivard, Députée de la Savoie, que l’ANDES s’est entretenue sur l'actualité sportive.

L’objectif premier de ces entretiens est de sensibiliser et convaincre les parlementaires à l’enjeu sociétal incontournable des activités physiques et sportives en France.

Le premier sujet abordé fût celui des annonces gouvernementales sur le projet de loi de finances 2019 en matière sportive avec la volonté de déplafonner les trois taxes affectées au sport (Buffet, Fdj et paris sportifs), afin que « le sport finance effectivement le sport », cela sans impacter le budget de l’Etat.

L’objectif de la mobilisation et la motion de l’ANDES fortement relayées auprès des Collectivités territoriales a été précisé.

Concernant la réaffectation des 1 600 postes au sein du Ministère des sports, ainsi que la diminution des emplois aidés auprès des associations, la question se pose sur l’impact en matière de haut niveau mais surtout au niveau de l’accompagnement des clubs amateurs.

La problématique de la surveillance des piscines a été confirmée sur le territoire national, avec une carence de personnel qui ne permet pas de répondre aux besoins des établissements.

Concernant l’héritage des Jeux olympiques, il reste encore tout à construire avec les Collectivités locales et les acteurs concernés.

Après avoir entendu l’ensemble de ces points, le président de l’ANDES a fait part à M. Jacob et Mme Bonnivard de deux priorités, à savoir :

  • Le lancement d’un véritable programme pluri-annuel de rénovation du patrimoine sportif jusqu’aux JOP 2024 afin de faire face au vieillissement des installations sportives et de contribuer à l’objectif de + 3 millions de pratiquants
  • La nécessité d’autoriser des expérimentations sur la prise en charge des activités physiques pour les patients atteints d’affection de longue durée (ALD) afin d’en mesurer les résultats et d’amplifier les données disponibles encore insuffisantes dans ce secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *