L’ANDES sollicite le Ministre de l’Économie pour la mise en place d’un Plan Piscine

ANDES, , Publié le 9 octobre 2020

Monsieur le Ministre,

Dès le 15 avril dernier, nous avons alerté Madame Roxana MARACINEANU, Ministre déléguée aux sports, sur les enjeux liés à l’ouverture des complexes aquatiques durant la période estivale, et notamment l’enjeu social majeur de pouvoir proposer aux citoyens un espace sécurisé de fraîcheur et de loisirs, sachant que plus de 6 millions de français ne partaient pas en vacances en raison de la crise sanitaire et économique.

Le 28 mai dernier, à la veille de l’ouverture début juin des premiers complexes aquatiques, nous avons fait part à Madame la Ministre de notre satisfaction mais également de notre inquiétude au regard du timing et du délai particulièrement serré pour les gestionnaires du fait de contraintes techniques pour ce type d’établissement.

En effet, à cette période-là, les collectivités locales faisaient face également à la reprise progressive des écoles et la lourdeur de la mise en place du protocole sanitaire à respecter.

Plus précisément, notre saisine portait sur l’accroissement immédiat des charges dues au protocole sanitaire d’accueil du public, ainsi que la forte baisse des produits, en raison de la décision administrative de diminuer la capacité d’accueil du public de 1 personne/m² à une personne/4m² à l’intérieur, divisant ainsi par quatre la fréquentation maximale instantanée (FMI).

Alors même que les complexes aquatiques sont structurellement déficitaires, notamment en raison des tarifications sociales favorisant l’accessibilité à ces espaces aquatiques, cette décision gouvernementale a aggravé ces pertes d’exploitation.

C’est dans ce contexte qu’un dispositif expérimental de 26 sites pilotes a été lancé pour appréhender l’ouverture estivale des 4 000 complexes aquatiques en France.

D’une durée d’un mois, sous l’égide du Ministère des sports et la coordination générale de l’ANDES, cette mission a permis de tester les dispositifs en place, partager les expériences de terrain et faciliter la tâche des gestionnaires.

Deux webinaires ont permis de rendre compte des travaux, des remontées de terrain et de rassurer les propriétaires et gestionnaires avant l’ouverture générale des complexes au début du mois de juillet.

La période estivale étant désormais passée, l’heure est au bilan comme nous nous étions engagés lors de la mission d’expérimentation.

Vous trouverez à cet effet le sondage qui recense les retours d’une cinquantaine de gestionnaires dont les 26 sites pilotes qui ont participé à l’expérimentation nationale.

De manière synthétique, nous pouvons vous relater les faits suivants de la période estivale juillet et août :

  • Plus de 75% des sondés ont connu une fréquentation inférieure à 50% de leur FMI
  • Par rapport à l’année 2019, plus de la moitié des gestionnaires ont connu une baisse de fréquentation de l’ordre de 50%
  • Un premier aperçu fait état sur les deux mois seulement d’exploitation juillet et août, des pertes d’exploitation allant de 10 000 € à 450 000€ selon la taille du complexe.
  • Les pertes moyennes de Chiffre d’affaires se chiffrent à 80 000€.

Ces pertes se cumulent avec la fermeture des établissements durant le confinement du mois de mars au mois de mai

D’une manière générale, à l’issue de cette période estivale, les gestionnaires indiquent qu’ils ne pourront pas continuer dans ces conditions avec ces taux de fréquentation sans aide financière.

Cette situation serait un obstacle majeur dans le développement des dispositifs de l’aisance aquatique, et du savoir-nager afin de lutter contre les noyades au nombre de 1000 environ   chaque année en France, dont les plus jeunes paient un lourd tribut.

Avec les nouvelles restrictions sanitaires dans les zones d’alerte renforcée et maximale, leur inquiétude est donc forte avec un besoin de visibilité sur la rentrée sportive, les modalités d’accueil des scolaires et du public.

L’impact financier de la fermeture administrative des piscines cumulé avec la baisse de fréquentation va forcément impacter les choix budgétaires pour l’année 2021 des collectivités locales.

C’est la raison pour laquelle, après en avoir informé Madame la Ministre déléguée aux sports, nous vous faisons part d’une demande d’un plan gouvernemental exceptionnel Piscine COVID-19 sur l’aide au fonctionnement des complexes aquatiques.

A des fins de lisibilité, ce soutien pourrait se matérialiser par la prise en charge de la perte d’exploitation entre l’année N et l’année N-1 qui est comptabilisée dans les comptes publics des collectivités locales.

Restant naturellement à votre disposition pour des renseignements complémentaires sur la mise en place de ce dispositif, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma considération respectueuse.

Marc Sanchez
Président de l’ANDES


ANDES | A la Une

Laisser un commentaire

Agenda

24nov

Salon des Maires et des Collectivités Locales 2020