L’ANDES réagit suite au discours de politique générale du Premier Ministre

Dimitri BERIAC, , Publié le 29 juillet 2020

Monsieur le Premier ministre,

A l’occasion de votre discours de politique générale devant l’Assemblée nationale et le Sénat, vous avez détaillé les axes de travail de votre gouvernement.

Vous avez mentionné à plusieurs reprises les enjeux du sport en France, notamment le sport santé, le sport à l’école ainsi que le plan vélo.

Je pense pouvoir dire qu’il s’agit, pour la première fois lors d’un discours de politique générale du Premier ministre sous la 5ème République, que les enjeux du sport sont mentionnés aussi fortement, dans le cadre de la politique publique de l’État.

Ce discours engage clairement votre gouvernement mais également les acteurs qui gravitent dans le monde sportif en France.

En premier lieu, nous regrettons la disparition du Ministère du sport de plein exercice, par un ministère des sports délégué. Bien que les liens avec l’Education nationale soient incontestables, nous craignons une perte d’autonomie et de capacité d’intervention de Mme la Ministre des sports déléguée.

Concernant le domaine de la santé, le système en France est basé culturellement sur le curatif et malheureusement trop peu sur le préventif, alors que ce domaine, constitue de loin, à 60%, la première préoccupation quotidienne, des Français (sondage BVA/EDF du 26 juin 2020).

Il s’agit donc d’une politique publique prioritaire à mettre en place dans le cadre du plan de relance, en s’appuyant notamment sur le rôle scientifiquement prouvé des activités physiques qui contribuent au maintien de la santé des concitoyens et à la limitation de la dépendance des personnes âgées.

Nous y travaillons d’ailleurs activement au sein de l’ANDES en lien avec le Ministère de la Santé, la CNAM, le Ministère des sports et l’ensemble des acteurs concernés, qu’il est important de fédérer sur le territoire.

Une étude de cas a également été réalisée sur les politiques de sport santé au niveau municipal en Europe.

Concernant le sport à l’école, c’est l’endroit « où tout commence », pour faire découvrir aux enfants, le plaisir de bouger, la motricité, les vertus sociales, pour lutter notamment contre la sédentarité, dont seulement 22% des enfants de 3 à 10 ans respectent les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé.

L’activité physique doit être revalorisée et non pas reléguée au rang de faire valoir au sein de l’éducation nationale.

Dans votre discours, vous avez également évoqué la confiance dans les territoires, avec la possibilité de la différenciation et de l’expérimentation.

C’est une notion très importante pour les collectivités locales qui possèdent plus de 80% du patrimoine sportif, dans le cadre notamment du développement du sport, via l’Agence nationale du sport et ses conférences régionales du sport.

Enfin, je ne peux que cautionner votre intervention devant les Sénateurs, sur les pistes cyclables, avec l’exemple évoqué pour relier Prades à Perpignan en vélo, qu’il serait bon de préconiser au niveau national.

Pour conclure mes propos, dans la perspective des prochains Jeux olympiques et paralympiques 2024, je crois profondément que votre vision est une opportunité unique afin de donner une impulsion déterminante au développement du sport au service de la société française ; l’ensemble du réseau de l’ANDES sera naturellement mobilisé à cet effet.

En vous remerciant de votre attention et restant à votre disposition pour un prochain entretien, je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, à l’expression de mes sentiments respectueux.

Marc Sanchez
Président de l’ANDES


ANDES | A la Une

Laisser un commentaire

Agenda

16oct

AG – AGE de l’ANDES

24nov

Salon des Maires et des Collectivités Locales 2020